Le temps de l'harmonie

Prévention santé - Sophrologie - Sonothérapie

Travail posté : la promotion santé comme levier de performance

L’intérêt porté par les entreprises à la prévention santé s’est accru ces dernières années.

Après avoir longtemps pensé que celle-ci relevait plutôt du collaborateur alors que l’employeur devait s’occuper des conditions de travail, plusieurs d’entre elles ont revu leur approche et ont inscrit la prévention santé au sein de leur stratégie d’entreprise.

Diverses enquêtes ayant mis en lumière le fait que des conditions de travail satisfaisantes ne sont pas forcément le reflet d’une bonne santé au travail, ceci peut expliquer ce changement de posture.

Exemple en Suisse (ge.ch) :

. 91 % des actifs sont satisfaits de leurs conditions de travail, toutefois
. 31 % affirment que leur travail porte atteinte à leur santé.

Tout d’abord il convient de rappeler quelques différences majeures de résultat entre conditions de travail, prévention santé et promotion de la santé en prenant conscience que l’entreprise favorisa tout ou partie du "package" selon les situations qu’elle est amenée à vivre.

. De bonnes conditions de travail favorisent l’efficacité et le bien-être des collaborateurs mais elles restent externes aux individus.

. La prévention santé cherche plutôt à éviter ou réduire le nombre et la gravité des maladies et des accidents (OMS). Elle est orientée sur des problèmes de santé ciblés dont elle essaie d’empêcher l’apparition ou d’en limiter les séquelles négatives. 

. La promotion de la santé quant à elle, a une action plus large car elle est définie par l’OMS comme un processus global qui permet aux personnes de mieux contrôler leur santé et de l’améliorer.

La Prévention et la Promotion de la santé permettent aux collaborateurs et aux managers d’agir sur eux-mêmes. 

Cette nuance est importante lorsqu’on prend conscience qu’il est souvent plus judicieux d’agir sur les individus que sur les environnements. En effet ce qui compte c’est plus la façon dont nous vivons les situations que les situations elles-mêmes. 

Prenons l’exemple d’un salarié qui accumule du stress depuis plusieurs mois avec des troubles du sommeil importants. Dans ce cas précis, de bonnes conditions de travail ne suffisent généralement pas à enrayer les symptômes et les conséquences.

Sans action concrète sur le stress et le sommeil, la fatigue s’accumule et la personne a de plus en plus de mal à être efficace et épanouie à son poste de travail. Il se peut même qu’elle arrive au stade critique de l’épuisement, au burn-out.

Quel est le rôle de l’entreprise dans tout ça ?

Le rôle de l’entreprise est d’adopter une posture bénéfique pour tous les acteurs qui la compose. Santé des collaborateurs et santé de l’entreprise sont étroitement liées.

Le pourcentage d’absentéisme, de turnover et d’accidents du travail sont des indicateurs de cette santé et particulièrement l’absentéisme à court terme, récurrent.

Pour ce faire, indépendamment de garantir de bonnes conditions de travail,elle peut accompagner ses collaborateurs en proposant des journées ou forum santé, des ateliers pratiques, des actions au niveau du restaurant d’entreprise, des abonnements à des clubs de gym, etc…Ces mesures relevant soit de la médecine du travail, des responsables QVST ou des organismes extérieurs accrédités.

Une action de prévention ou promotion de la santé menée par l’entreprise lui confère de nombreux avantages.

Elle permet d’une part aux collaborateurs de :

• maintenir leur capital santé voire de l’augmenter, 
• cultiver leur énergie, être performants à leur poste de travail, 
• maintenir leur vigilance et garantir la production des produits et services 
• mieux communiquer, être proactifs et investis, 
• être motivés pour rester dans une entreprise qui prend soin d’eux.

et d’autre part, à l’entreprise de : 
• fonctionner avec des équipes motivées et performantes et présentes,
• réduire les coûts de l’absentéisme, du turnover, des accidents du travail, • réduire le temps et l’énergie nécessaires au processus de recrutement et de formation en cas de remplacement.

Toutes les entreprises n’ont toutefois pas encore intégré cette démarche dans leur stratégie.

Qu’en est-il des collaborateurs qui exerçent en travail posté ou de nuit ? 

Le travail de nuit ou en horaires atypiques a de nombreux impacts sur la vie des collaborateurs.

L’un des principaux, pour n’en citer qu’un seul, la désynchronisation de l’horloge biologique provoquant des perturbations physiologiques à l’origine de multiples conséquences en matière de santé pour le collaborateur.

Elle demande aux collaborateurs une double performance : 
• Un sommeil diurne 
• Un éveil et une vigilance nocturnes 
Contrairement à la programmation de leur horloge interne.

Une prévention santé ciblée est recommandée pour limiter ces impacts.

Reprenons l’exemple du salarié en manque de sommeil mais cette fois ci en raison du lien entre son travail de nuit et le fait qu’il "grignote" fréquemment sur sa phase de récupération pour pratiquer d’autres activités en journée.

S’il n’a pas conscience des effets à long terme que peut avoir une dette de sommeil récurrente, il peut être difficile pour lui d’adopter les bons comportements.

Dès que les premiers symptômes d’insomnie avec fatigue associée vont se manifester, la personne va se poser la question « qu’est ce que je peux faire pour mieux dormir, je me sens fatiguée et je n’arrive plus à récupérer ».

C’est en amont qu’il est recommandé d’agir car retrouver un bon sommeil, selon les cas, peut prendre du temps.

Même recommandation pour les comportements addictifs sachant que toute addiction vise à compenser un manque d’écoute, de présence, de satisfaction, de plaisir, d’enthousiasme, mais aussi d’énergie, de sommeil...

Un premier signe de dysfonctionnement peut avoir une réaction en chaine. Un salarié en manque de sommeil, déjà fatigué et en baisse de vigilance, peut déclencher un comportement addictif : cigarette, café, médicaments pour "tenir le coup".

La multiplication de ce type de scénario impacte à moyen et long terme la sécurité et la productivité des individus et de l’entreprise.

L’entreprise, en faisant le choix de la prévention ou promotion de la santé transmet l’information et permet à ses collaborateurs d’agir en connaissance de cause.

Chacune des 2 parties, entreprise/collaborateur connaît la réalité du terrain, peut échanger sur le sujet et trouver des solutions communes.

Cette posture de confiance, transparence et co-responsabilité sur l’efficacité et l’énergie des équipes est un levier de performance.