Le temps de l'harmonie

Prévention santé - Sophrologie - Sonothérapie

Prévenir les addictions lors de l’adolescence

En janvier dernier, nous abordions le thème de l’énergie chez les jeunes et les différentes manières de la cultiver grâce à des exercices de sophrologie, soulignant le fait que poser de nouveaux choix et de nouvelles résolutions pour un adolescent lui permet d’orienter son énergie vers ce qu’il souhaite obtenir. Il en est de même avec le risque d’addiction. L’addiction étant une relation de dépendance et de subordination à quelque chose ou à quelqu’un, il est vital que l’adolescent en ait conscience et sache orienter son énergie de manière bénéfique pour lui.

Quels sont les comportements à risque pouvant générer une addiction ?

L’adolescence est une période délicate, période de transformation, de défi durant laquelle les jeunes sont tentés d’expérimenter tout un tas d’expériences pour s’affirmer. Malgré eux, ils sont soumis à de nombreux changements biologiques, psychologiques, cognitifs qui les incitent à modifier leur comportement, découvrir de nouveaux profils de personnalité, se positionner, mais aussi tester leurs limites et par là même s’exposer à des dangers ou des risques dont ils n’ont pas toujours conscience. La consommation de drogues, tabac, alcool, jeux, l’abus de médicaments en fait partie.

L’envie de découvrir de nouveaux « territoires » d’expérimentation, de nouvelles sensations au moyen de diverses sources est normal, voire amplifié à l’adolescence, du fait de la transformation biologique et hormonale qui se produit dans le corps à cette période. Par exemple, lorsque l’adolescent pose une action et notamment celle d’essayer la drogue « juste pour voir comment cela fait ! », le risque d’addiction du à la consommation de certaines de ces drogues est bien réel car les perturbations physiologiques et neurologiques peuvent demeurer sur le long terme et entraîner de réelles dépendances. L’adolescent soumis à tout un tas de bouleversements et transformations internes n’est pas toujours à même de contrôler ses pulsions. Son désir de distanciation parentale et d’appartenance à de nouveaux groupes peut le conduire à poser de mauvais choix. Souvent durant cette période, le jeune « se cherche » et ne connait pas encore ses limites. L’un des risques majeurs pour l’adolescent est de ne pas être suffisamment connecté à lui même, à ses ressentis corporels.

Pour pouvoir poser des limites à des consommations ou comportements toxiques, l’adolescent doit apprendre à apprivoiser son corps en pleine transformation, apprendre à le connaître. Il est important également qu’il soit à l’écoute de ses émotions sans se laisser diriger par elles sinon l’instabilité, l’irritabilité, l’agressivité, voire le laisser aller ou la dépression vont être au rendez-vous rejoignant le registre des pulsions ou compulsions si difficiles à maîtriser.

Comment prévenir les addictions durant l’adolescence ?

Presque toutes les addictions concernant l’âge adulte peuvent atteindre les plus jeunes : alcool, tabac, drogues douces et dures, utilisation de médicaments de façon anarchique, sans véritable contrôle médical et de manière abusive pour calmer l’anxiété et les troubles du sommeil, l’addiction aux jeux, la dépendance à internet et aux nouvelles technologies, la recherche d’adrénaline au travers de pratiques comportementales extrêmes, excès ou privation de nourriture.

Par conséquent, prévenir les addictions est avant tout une prise de conscience :

  • du danger à long terme que représente la consommation de certaines substances qui donc nécessite de connaître leurs effets sur le corps.
  • être conscient de ses limites (notamment celle ne plus pouvoir contrôler un comportement).
  • être conscient que l’addiction vient souvent masquer un autre besoin : amour, équilibre, relation positive et de confiance à soi et aux autres, besoin de se réaliser et le fait de mettre en place des comportements positifs pour combler le réel besoin peut suffire à lâcher l’addiction

En quoi la sophrologie peut être une aide dans une démarche de prévention ?

Nous l’abordions dans notre article « Adolescence, commencer la nouvelle année sous le signe de l’énergie » : la sophrologie peut apporter un excellent soutien pour aider l’adolescent à maintenir son énergie en permettant de cultiver la confiance en soi, en offrant de bons outils de gestion du stress et en favorisant l’utilisation maximale des capacités.

La sophrologie permet aussi de développer la conscience de soi et du monde environnant. L’un des premiers exercices à proposer dans une démarche de prévention est d’apprendre à écouter, à s’écouter, se faire confiance. Pour cela, la perception de son schéma corporel est nécessaire : prise de conscience de son corps tel qu’il est, de sa position dans l’espace, de ses capacités mais aussi de ses limites. Ce schéma peut être totalement erroné ou en déni par rapport à la réalité. D’où l’intérêt de prendre conscience de ce que l’on est et non pas de ce que l’on imagine. Le corps étant le réceptacle de toutes les émotions, bien se connaitre permet aussi d’effectuer le travail nécessaire pour un objectif visé : poser les bons choix, gérer un stress, ne pas se laisser influencer.

Un travail sur les valeurs peut renforcer la capacité à savoir ce qui est bon pour soi, en alignement avec la vie que l’on souhaite vivre sans se laisser diriger par l’environnement extérieur. La sophrologie permet de se mettre à l’écoute de ses sensations et de ses besoins. Ecouter les messages du corps permet d’identifier ce que vient « nourrir » une substance ou un comportement, à quel besoin il ou elle se substitue, le plaisir qu’il ou elle est sensé générer. Lorsque cette prise de conscience est faite et les besoins identifiés, la mise en place de réponses adéquates est facilitée et peut être faite en amont de l’installation d’une addiction.

L’exercice de l’Hémicorps pour maintenir l’équilibre est recommandé pour favoriser un bon ancrage du corps et de la personnalité dans la réalité :
« En posture debout, jambes légèrement écartées, les yeux fermés, basculez le poids du corps sur la jambe droite, inspirez fortement par le nez, levez le bras droit à la verticale, étirez tout le côté droit en retenant l’air puis sur l’expire redescendez le bras droit et revenez au centre. Ecoutez les différences de sensations entre le côté droit et le côté gauche. Faites trois fois cet exercice avec le bras droit, 3 fois avec le bras gauche puis 3 fois avec les 2 bras ensemble pour rééquilibrer tout le corps ».

Apprendre aux adolescents à cultiver la confiance, à savoir se positionner, à respecter leur corps, à se mettre à l’écoute de leurs besoins (très différents des envies) c’est s’inscrire dans une démarche de prévention.

Corinne BONTEMPS paru initialement sur Efficium