Le temps de l'harmonie

Prévention santé - Sophrologie - Sonothérapie

Les multifacettes du travail de nuit

Travailler la nuit ou en horaires décalés est ce une contrainte ?

Certains travailleurs de nuit revendiquent leur choix d’exercer la nuit pour les avantages que cela leur procure :

. Une meilleure rémunération
. Le calme
. La solitude
. Absence de circulation donc déplacement fluide pour ceux qui prennent la voiture 
. Plus de liberté et temps avec les enfants
. Plus d’autonomie dans leur organisation
. Etre à contre-courant de la foule.

Ils sont nombreux toutefois à reconnaître que d’adopter de tels horaires demande de leur part d’appliquer une hygière de vie assez stricte notamment au niveau du sommeil et de l’alimentation. 

Le travail de nuit est généralement mieux toléré et présente moins d’effets néfastes sur la santé que le travail en horaires décalés, à condition que la personne dorme vraiment la journée pour ne pas subir des dettes de sommeil. 

Je vous propose un article de Migros Magazine, de novembre 2014 (toujours d’actualité) qui traite de ces travailleurs qui sont plutôt satisfaits de travailler de nuit malgré des conditions sanitaires plutôt difficiles.

LES TRAVAILLEURS DE L’OMBRE

En Suisse, une personne sur cinq travaille la nuit, régulièrement ou de manière temporaire. Rencontre avec quelques-uns de ces actifs nocturnes qui assument leur choix. Pour le plus grand bien de tous.

« J’apprécie de travailler dans le calme »

Le nom de la chienne doit rester confidentiel, tout autant que celui de sa maîtresse, mais ils sont connus de la rédaction. C’est une berger belge de 7 ans qui accompagne dans ses rondes nocturnes cette agente Securitas à Genève.

Ce que la jeune femme apprécie surtout, c’est le calme : « Quand on part en patrouille, il n’y a pas de circulation. En journée, c’est une autre histoire. »

Son travail consiste surtout à effectuer des rondes dans des bâtiments industriels, « vérifier qu’il n’y a pas de départ de feu, de fuite d’eau, d’huile ou autre ». Ou, en surveillance extérieure, à « repérer des traces d’effraction, à vérifier les issues ». Le rôle du chien sera de détecter une présence éventuelle : « Il faut savoir lire son chien, s’il commence à avoir les oreilles tendues dans une direction, on ira voir ce qui se passe. » L’autre utilité de l’animal sera « la légitime défense ».

Quand elle a fini son travail, l’agente ne va pas dormir tout de suite, elle préfère se réserver une tranche continue de sommeil l’après-midi avant de prendre son travail. Un sommeil qu’elle a plutôt facile : « Quand je dors, rien ne peut me réveiller. » Pour la chienne aussi, vivre la nuit n’est pas évident : « Il faut que je la mette au calme la journée, dans le noir. Souvent, elle dort avec moi... »

Lire la suite de l’article