Le temps de l'harmonie

Prévention santé - Sophrologie - Sonothérapie

La sophrologie, c’est plus que de la relaxation !

1) Pour commencer, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la sophrologie ?

La sophrologie est une science médicale qui étudie la conscience humaine et les valeurs de l’existence par des procédés qui lui sont propres et originaux. C’est un art de vivre, une présence à soi-même et aux autres, une recherche d’harmonie et de sérénité. Concrètement, elle permet à l’aide d’exercices de respiration, de relaxation, de visualisation, d’acquérir et maintenir un équilibre, d’être « mieux dans sa tête et mieux dans son corps« . Par une prise de conscience psycho-corporelle, elle permet de poser un nouveau regard, plus positif sur soi et sur la vie, d’apprendre à mobiliser ses capacités et ses ressources personnelles afin de mieux les exprimer dans son quotidien.

2) Quels sont les motifs les plus fréquents de consultation ? (perte de poids, stress, addiction, concentration…)

Les motifs de consultation sont très variés, les plus fréquents étant la gestion du stress, des troubles du sommeil et de l’appétit, la difficulté à se concentrer, le manque de confiance en soi mais aussi la préparation d’événements comme une épreuve sportive, un examen, une reconversion, sans oublier la préparation à l’accouchement, un des premiers domaines d’application de la sophrologie. Le rôle du sophrologue est d’accompagner la personne qui vient en consultation vers un épanouissement, un mieux-être en l’aidant à :

  • se détendre, gérer ses émotions
  • se reconnecter à ses propres ressources
  • améliorer la relation à elle-même et aux autres
  • retrouver confiance en elle
  • dynamiser ses projets

3) En quoi ces thérapies sont-elles déterminantes pour un bon développement personnel et professionnel ?

La sophrologie peut aider les personnes à différents moments de leur vie à prendre en charge de manière autonome la réalisation de leurs projets ou la gestion de leurs problèmes. Pour vous donner un exemple, si une personne vient consulter pour des acouphènes voilà en quoi la sophrologie peut l’aider :

Les personnes qui ont des acouphènes et de l’hyperacousie, sensibilité au bruit, sont souvent anxieuses. La sophrologie peut leur être d’un grand secours. Elle permet dans la phase aiguë qui suit l’apparition de l’acouphène et après la réalisation d’un bilan auditif complet et l’avis d’un médecin :

  • d’apprendre à récupérer de la fatigue physique et nerveuse, de mettre en place des techniques anti-stress en cas de crise ou de gêne intense.
  • de mettre à distance les bruits envahissants et de gérer l’inconfort des acouphènes notamment par la mise en place du processus d’habituation au symptôme qui va consister à ‘’habituer’’ le système nerveux de l’acouphénique au fait que ce bruit est sans danger et qu’il peut être considéré comme insignifiant.

4) Comment se déroulent les séances ? (diagnostic, différentes phases, travail en consultation et hors consultation,…)

Pour vous répondre, je me baserai sur ma propre expérience. Mon approche de thérapeute diffère selon le type de séance, individuelle ou collective. La séance individuelle permet d’accompagner une personne sur une problématique et un objectif personnel. Lors de la première séance j’établis une anamnèse ainsi qu’un protocole d’accompagnement que j’ajuste au fil des séances en fonction du vécu de la personne. Le nombre de séances varie selon le besoin. Chaque séance se déroule en trois temps :

  • un temps d’échange avant la séance, dit pré sophronique, pour que le patient puisse exprimer ses attentes,
  • un temps de pratique : guidé(e) par ma voix, la personne apprend à écouter son corps en le vivant sous l’angle des sensations.
  • un temps de dialogue, dit post sophronique, après la séance pour décrire les phénomènes vécus pendant la séance.

La séance collective s’adresse à tous ceux qui souhaitent s’accorder chaque semaine un moment privilégié avec eux-mêmes. Il n’y a pas de protocole précis individuel. Chacun vit sa propre expérience à l’intérieur du groupe et s’approprie, à son rythme, les exercices pour les mettre en application dans son quotidien.

5) Quelles idées reçues auriez-vous envie de dénoncer à propos de votre métier ?

Certaines personnes pensent que la sophrologie est une méthode de relaxation. Je leur réponds que même s’il est utile de savoir se détendre, la relaxation n’est pas une fin en soi en sophrologie mais plutôt un outil. La sophrologie n’est pas non plus de l’auto-suggestion, ni une méthode « magique ». La sophrologie développe une qualité de conscience. Une pratique régulière est requise. Je recommande de s’entraîner entre les séances. L’entraînement sophrologique fait partie de la méthode, c’est un moment privilégié avec soi-même.

6) Parlez-nous de votre parcours. Pourquoi avez-vous choisi cette voie, qu’est ce qui vous passionne dans ce travail ?

Je me suis formée à l’institut de Gestion Sociale de Paris. J’ai travaillé pendant de nombreuses années dans de grands groupes internationaux, principalement dans les ressources humaines. Il y a trois ans, j’ai opéré une reconversion : je suis devenue sophrologue. Le domaine énergétique, les neurosciences, la noétique m’ont toujours intéressée. J’ai découvert lors d’un week-end d’initiation la sophrologie, une méthode fondée il y a 50 ans par le professeur Alfonso Caycedo, neuropsychiatre. Ce qui m’est apparu tout d’abord comme un outil de mon propre développement personnel, s’est avéré être rapidement une passion. Je suis devenue sophrologue pour offrir cette méthode à ceux qui recherchent un mieux être dans le domaine privé ou professionnel. J’aime la relation humaine, l’accompagnement, constater les progrès et améliorations de vie qui se manifestent au fil des séances, adapter la méthode aux différents publics. J’ai accompagné pendant une année une équipe de handballeurs juniors semi-professionnels, animé des ateliers sophrologie-théâtre pour des enfants de 6 à 10 ans au sein d’une école et des séances collectives dans un centre de vacances. Pour chacune de ces expériences, j’ai fait aussi utiliser des exercices de sophrologie créative avec une pédagogie ludique, sous forme de jeux, qui donne une grande importance au phénomène de rencontre avec les autres et utilise au mieux la dynamique du groupe.

Aider les personnes à révéler leur potentiel m’enrichit au quotidien dans mon travail.

J’exerce depuis trois ans en libéral. Je reçois enfants et adultes, en séances individuelles et collectives. J’interviens également en entreprise en prévention santé en animant des ateliers en gestion du stress, troubles du sommeil et de l’audition. J’invite aussi les sophrologues à ne pas hésiter à faire connaître la sophrologie aux entreprises dans une démarche prophylactique soit par des séances collectives auprès des salariés dans le cadre d’un comité d’entreprise soit par des ateliers d’information incluant des exercices de sophrologie. C’est une manière concrète de favoriser un nouveau dynamisme collectif et d’accompagner les salariés vers le « mieux vivre l’entreprise ».

Entretien mené par Niels Heiligenstein, assistant communication Efficium

Article rédigé par Corinne BONTEMPS paru initialement sur Efficium