Le temps de l'harmonie

Prévention santé - Sophrologie - Sonothérapie

Gagner son poids de forme : le soutien de la sophrologie

Quelques kilos s’installent un peu trop confortablement et votre silhouette ne correspond plus à vos standards de référence. Surtout à l’approche de l’été, vite surgit l’idée de perdre du poids pour retrouver sa ligne.

S’il s’agit de quelques kilos superflus liés à un événement précis, ils vont disparaître facilement en adoptant un meilleur comportement alimentaire, en levant certains blocages ou lorsque l’évènement aura disparu. C’est l’exemple type de la grossesse ou d’un stress passager qui, entre autre, génère plus d’appétit. Cela se complexifie lorsque la silhouette change totalement sans que l’on sache vraiment pourquoi. C’est oublier que l’être humain est souvent régi par ses émotions et que ces émotions impactent le corps. On peut inconsciemment avoir pris « du poids » pour s’affirmer, se faire respecter, se protéger. Les kilos émotionnels ont leur « raison d’être » et un changement alimentaire ne suffit pas toujours à les déloger. A l’inverse on a parfois une perception du poids idéal en décalage avec la réalité. Se trouver gros alors que le poids est normal voire insuffisant en cas d’anorexie peut mener à une vraie lutte de pouvoir contre les kilos, qui épuise.Il est donc conseillé d’identifier où l’on se situe vraiment en terme de poids et surtout de masse grasse et quelles sont les motivations profondes qui poussent à adopter un régime : plaire à qui, pourquoi, est-ce un choix de santé.

2 questions essentielles à se poser

Quelle perception ai-je de mon corps ?

La sophrologie, par un travail sur le schéma corporel, permet de se réconcilier avec son corps et d’avoir une vision plus objective de soi-même. Lorsqu’il y a un décalage entre le corps que l’on a et celui que l’on désire, il est important de rester vigilant et de veiller à ne pas rejeter ce corps qui est le reflet de soi-même, de son histoire.

Quel est mon poids de forme ?

Plutôt que de vouloir perdre des kilos nous pouvons identifier et gagner notre poids de forme. La différence est subtile mais d’importance. Le poids de forme est celui qui permet de se sentir bien psychologiquement et physiquement, de se sentir plein d’énergie une fois la silhouette transformée. Le poids de forme est davantage en lien avec notre quotidien, nos habitudes de vie, il intègre l’aspect santé. La réponse à ces deux questions permet de définir sa « ligne » de conduite, sans jeu de « maux ».

Sophrologie et poids de forme : de quoi s’agit il ?

Grâce à des exercices psycho-corporels, la sophrologie en tant que méthode de développement personnel amène à redécouvrir son corps sous l’angle des sensations, et à faire appel aux choses positives de sa vie. Conscience de soi corporelle et santé sont deux atouts pour gagner son poids de forme.

Quels sont les bénéfices de la sophrologie pour gagner son poids de forme ?

La sophrologie permet de prendre conscience de ses comportements, de modifier son régime alimentaire, d’abandonner ses addictions, d’allier plaisir des sens et satiété. Par des exercices de respiration, relaxation, de libération des tensions et des émotions, elle permet de gérer le stress qui peut être à l’origine d’une prise de poids ou une des conséquences du suivi d’un régime. Écouter son corps permet de mieux percevoir ce qui « nourrit » véritablement et de ne pas compenser les manques ou troubles émotionnels par l’alimentation. Elle permet également de poser un regard positif sur la démarche, et de garder confiance en soi et motivation avant, pendant mais aussi, et surtout, après le régime. Un changement en douceur peut s’opérer en étant conscient qu’une perte de poids trop rapide ou trop radicale n’est pas toujours souhaitable. La bienveillance envers soi-même alliée à une pratique régulière de la sophrologie sont facteurs de succès. Il faut du temps pour changer un comportement. Dans toute démarche de transformation, le plus important est de se sentir bien avec soi-même et d’accepter sa nature profonde ; celle qui reflète véritablement ce que l’on est.

Corinne BONTEMPS paru initialement sur Efficium